Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Déjeuner au restaurant Les Vapeurs à Trouville

Brasserie les vapeurs Trouville 4.JPG

Il y a des restaurants, brasseries ou parfois cafés dont la renommée est telle que, dès l’énoncé de leur nom, vous les associez à la localité dans laquelle ils se trouvent, à l’attractivité de laquelle ils contribuent d’ailleurs aussi. C’est le cas, par exemple, de Sénequier à Saint-Tropez.

C’est aussi le cas des Vapeurs à Trouville. Pour moi les Vapeurs, c’est d’abord cette brasserie où, dès mes premiers festivals du cinéma américain de Deauville, j’entendais dire que Spielberg ou d’autres aux noms aussi prestigieux, à chacune de leur escale au festival, s’y faisaient emmener après une séance. C’est aussi le souvenir d’un mémorable déjeuner avec ma grand-mère, lors d’un de mes tout premiers festivals du cinéma américain de Deauville il y a une vingtaine d’années (cf In the mood for Deauville, le blog que je consacre à Deauville et principalement au Festival du Cinéma Américain).

Pour une raison que j’ignore, je n’y suis jamais retournée depuis. Peut-être parce que, parfois, je préfère ne pas toucher aux souvenirs de crainte de les ternir. Peut-être parce que j’ai mes habitudes de l’autre côté de la Touques.

Toujours est-il que ce midi de mars 2018, de passage à Deauville (photo ci-dessus devant l’hôtel Barrière Le Normandy), notamment pour Normandes en tête mais aussi pour renouveler mon partenariat avec le CID pour le prochain Festival du Cinéma Américain (je vous l’annonce en avant-première, à nouveau, je vous ferai gagner des pass pour le festival sur In the mood for Deauville, In the mood for cinema et In the mood for film festivals) je l’ai franchie, la Touques, et j’ai même franchi le seuil des Vapeurs.

L’accueil est affable. Le décor est délicieusement intemporel et me donne l’impression de remonter le temps. Au mur, des lithographies ou des affiches joyeusement absurdes, décalées. L’ambiance est celle de ces brasseries d’antan où le temps semble s’écouler avec plus de douceur et de légèreté et cela me procure l’impression d’être plongée dans cette atmosphère des brasseries que j’aime tant, celle qui me rappelle le film Garçon de Claude Sautet, comme si l’ombre d’Yves Montand, si vivante et facétieuse, planait là aussi.

La carte est une autre agréable surprise : du fait maison, des produits dont la traçabilité est clairement indiquée, un approvisionnement seulement en poissons frais et sauvages, des viandes de bœuf certifiées de race Normande et d’origine Normande.

 

En plat, j’ai choisi la Suggestion du Chef, les St-Jacques grillées beurre blanc, légères, onctueuses, délicieuses.

Pour le dessert, le choix était cornélien devant toutes ces pâtisseries maison toutes plus tentantes les unes que les autres !

J’avoue avoir longuement hésité entre les profiteroles et leur chocolat maison et la tarte Normande aux pommes servie chaude avec de la crème de Normandie avant d’opter pour le Paris Brest tandis que mon acolyte a choisi la tarte au citron. Des desserts gourmands et là aussi délicieux !

Le restaurant Les Vapeurs propose tout ce qu’on attend d’une excellente brasserie, de la qualité dans les produits sélectionnés, de la variété, de la générosité dans l’atmosphère et dans l’assiette. En plus d’un excellent déjeuner, j’ai passé un moment savoureux hors du temps, comme une Madeleine de Proust… Je vous recommande donc vivement Les Vapeurs. Et c’est certain, désormais je m’aventurerai plus souvent de l’autre côté de la Touques et j’y retournerai !

(Photos ci-dessous prises à Trouville, aux Cures Marines de Trouville ou depuis les Cures Marines de Trouville, je vous en parle bientôt à nouveau…)

Retrouvez également cet article sur Inthemoodforcinema.com, Inthemoodfordeauville.com, et Inthemoodforluxe.com.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel