Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Ingéniosité suédoise – Invention des casques « airbag » !

    couture.jpg

    Toujours plus populaire, le vélo reste l’un des transports les plus dangereux et fatals en cas d’accident. Pour se protéger un minimum et s’assurer une chance de s’en sortir en cas de choc brutal, le casque se trouve indispensable. Si les amoureux de vitesse ont bien conscience de son importance, les promeneurs du dimanche et autres cyclistes de tous les jours rechignent à l’idée de le porter. Pour y pallier, les deux suédoises Anna Haupt et Terese Alstin ont créé ledit casque « invisible ». Une fois le concept commercialisé et démocratisé, vous n’aurez plus aucune raison de voyager non protégé. Explications.

    La classe à bicyclette !

    Voici le concept en images : Avouons qu’il est difficile d’assortir aux vélos couture et costards-cravates, n’importe quel casque de vélo. Conscientes de ce souci d’harmonisation, les deux jeunes suédoises travaillent depuis sept ans sur la conception de ce casque extraordinaire. Estimé aux alentours de 400€ pièce, cet accessoire prend des airs de foulard épais à fixer joliment autour de son cou. En cas de choc, l’airbag se développe autour de la sphère crânienne et protège le système nerveux du cycliste de manière improbable. Le casque assure une autonomie de 18 heures. En d’autres termes, il est nécessaire de le recharger environ toutes les trois semaines si l’on compte une heure de vélo par jour. En attendant la sortie de ce concept extraordinaire, il semble indispensable d’investir dans un casque adapté à votre conduite. Sur Bikester.fr, choisissez un casque confortable de couleur noire de préférence, pour vous assurer une certaine discrétion. Aujourd’hui, rouler à vélo en ville est ancré dans les mœurs. Lassés des transports en commun surchargés, nombre d’urbains choisissent de pédaler quelques kilomètres matins et soirs afin de faire la route entre le travail et la maison. C’est aussi l’occasion de visiter différemment nos grandes agglomérations françaises, et notamment Paris de Belleville à Saint-Germain-des-Prés. Si outre-Rhin les automobilistes font particulièrement attention aux cyclistes, en France c’est légèrement différent. Il faut donc redoubler de vigilance, et ce surtout en zone urbaine.

  • Mon avis sur le restaurant Lou Pescadou chez Julien Paris - 6ème - rue Mabillon

    deauvilleparis 801.JPG

    Après le Bistrot de la Grille Saint-Germain, je vous conseille à nouveau aujourd'hui une bonne adresse parisienne dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés qui présente d'ailleurs pas mal de points communs avec celle précitée, notamment la fraîcheur des produits, outre la situation géographique puisque les deux restaurants se touchent. Dans ce décor en bois typique de ces petites rues de Saint-Germain-des-Prés, vous serez accueillis avec le sourire et servis avec bonne humeur. La salle est exiguë mais cela contribue au charme du lieu plus que cela ne nuit au bien-être de la clientèle. La carte est composée de plats faits maison et traditionnelle à des prix très abordables pour le quartier. Pour ma part, j'ai opté pour un confit de canard et pommes sautées et un gâteaux chocolat maison, succulent. Là aussi, pas de fioritures dans la présentation mais une cuisine simple et bonne que l'on déguste (ou dévore) avec appétit et confiance.

     Sans aucun doute, j'y retournerai, cette adresse étant aux antipodes  de ces restaurants dont je vous parlais récemment vous  où vous devez vous estimer heureux, voire remercier, d'être mal reçus, où tout le budget passe dans le décor et où il n'y a rien (ni quantitativement, ni qualitativement) dans l'assiette, où on vous observe de la tête aux pieds lorsque vous arrivez (sans vous dire bonjour, évidemment) et où vous "case" en "vitrine" si votre physique est jugé digne de cette place de premier choix ou à côté de la porte battante des cuisines (au mieux) ou des toilettes (au pire), dans le cas contraire, où le décor est un copié/collé de celui du voisin, avec l'indispensable lustre Starck, avec 10 pizzas, 15 salades, 20 viandes, 30 poissons à la carte (au moins), où l'addition arrive alors que vous avez à peine fini de dîner. Bref, si vous en avez assez de ces restaurants qui sont des lieux où voir et/où être vus mais tout sauf des restaurants, cette adresse est pour vous.

    Lou Pescadou Chez Julien, 16 rue Mabillon, 75006 Paris

  • Opération Bracelets Swarovski NOEL 2013 au profit de la polyarthrite rhumatoïde

    Connaissant bien cette maladie, ayant un proche qui en est touché, je tenais tout particulièrement à vous parler de cette opération. Affectionnant par ailleurs tout particulièrement la marque Swarovski dont je vous parle souvent ici, j'avais donc deux bonnes raisons de vous parler de cette belle opération.

    bracelets.jpg

     En ces fêtes de fin d’année 2013, Claire, Jenna, Prisca et Virginie Courtin-Clarins, se sont en effet  réunies pour imaginer une collection unique de bracelets scintillants avec la complicité de SWAROVSKI ELEMENTS. Dès le 25 novembre, trois nouveaux bracelets raffinés, ornés de SWAROVSKI ELEMENTS seront vendus au profit de la Fondation Arthritis au prix exceptionnel de 25 euros (dont 5 euros reversés à la Fondation Arthritis pour financer un projet de recherche médicale sur la polyarthrite rhumatoïde).

    bracelets2.jpg

     

     

    Cette collection décline trois modèles étincelants, ornés de véritables cristaux SWAROVSKI ELEMENTS posés dans la pure tradition de la bijouterie. Une jolie façon pour la Fondation Arthritis de fêter Noël en proposant à toutes les femmes l’éclat pur du cristal taillé par le leader mondial , Swarovski (dont je vous parle d'ailleurs souvent ici).

    bracelets3.JPG

     

    A porter en solo chic ou superposés pour un effet glitter, ces bijoux tendance et glamour vont très vite devenir des incontournables pour briller dans toutes les soirées ! Disponible en ligne sur www.Bazarchic.com et www.fondation-arthritis.org ainsi que dans les Instituts CLARINS et les boutiques FREEMAN T. PORTER.

  • Mon avis sur l’hôtel 123 SEBASTOPOL (Astotel), un hôtel sur le thème du cinéma

    jeanpaul9.jpg

    jeanpaul2.jpg

    deauvilleparis 858.JPG

    Après la visite du Shangri-la, changement d’arrondissement, de style et de décor pour découvrir le 123 Sébastopol, un hôtel sur le thème du cinéma…que je ne pouvais bien entendu pas ne pas visiter, moi qui suit toujours et aussi « in the mood for cinema ».  Il y eut feu le restaurant "Les Cinoches", il faudra donc désormais compter avec le 123 Sébastopol comme lieu incontournable de la capitale pour les amoureux de cinéma.

    Ce 4 étoiles est situé, comme son nom l’indique, au 123 Boulevard Sébastopol, dans le 2ème arrondissement de Paris, face au théâtre de la Gaîté Lyrique. Il appartient au groupe Astotel, fondé par les frères Cachan en 1971 et qui le détiennent toujours. 63 chambres dont 10 communicantes et 10 transformables en appartement composent cet hôtel de taille raisonnable.

    deauvilleparis 831.JPG

    La réhabilitation, l’architecture intérieure et le design sont signés Philippe Maidenberg avec « la complicité de » Jean-Paul Belmondo, Claude Lelouch, Danièle Thompson, Agnès Jaoui, Jean-Pierre Bacri, Elsa Zylberstein et Ennio Morricone qui ont chacun leur étage imprégné de leurs univers.

    jeanpaul8.jpg

    Dès l’entrée, avec les moulages des mains des artistes (ou du poing pour Belmondo), avec une machine à pop corn  à la réception dont le desk ressemble à une grande enseigne de salle américaine rétro éclairée, avec un patchwork d’écrans diffusant des extraits de leurs films (par lequel je me suis rapidement laissée hypnotiser !) ou encore des photos et une biographie des célèbres complices de la décoration, vous serez rapidement plongés dans l’ambiance cinématographique des lieux. De là, vous apercevrez la verrière éclairée en grande partie par la lumière naturelle qui sert de bar et de salle de petit-déjeuner. Vous y verrez aussi le fauteuil « The Director » créé par Philippe Maidenberg en hommage à Lelouch et fabriqué et diffusé chez Silvera. De la (petite) cour intérieure, vous verrez que les propriétaires des lieux ont pensé à tout, même à redécorer et « coloriser » le mur d’en face pour que la paysage soit plus agréable.

    deauvilleparis 829.JPG

    deauvilleparis 830.JPG

    deauvilleparis 828.JPG

    deauvilleparis 834.JPG

    deauvilleparis 835.JPG

    deauvilleparis 837.JPG

    Place ensuite à la découverte des chambres construites comme des loges, avec un étage par « complice ».

    Nous commençons par le 6ème avec Jean-Paul Belmondo. Si j’aime beaucoup l’acteur, en revanche ces chambres (en tout cas celles que j’ai visités) sont trop imprégnés du thème de la boxe à mon goût (sur demande de Jean-Paul Belmondo qui, quand on lui a demandé ce qu’il souhaitait comme univers a parait-il cité d’abord la boxe et le théâtre et le cinéma seulement en 3ème position). Le cinéma est néanmoins présent, notamment par de larges rideaux en velours rouge foncé qui encadrent de larges baies vitrées et qui sont ornés d’une Palme brodée au fil d’or, rappelant la palme d’honneur reçue par l’acteur en 2011 (vous trouverez d’ailleurs mon récit de cette inoubliable soirée à laquelle j’avais eu le plaisir d’assister, ici.)

    jeanpaul4.jpg

    jeanpaul.jpg

    deauvilleparis 843.JPG

    A l’étage inférieur, en toute logique, vous trouverez un réalisateur que Jean-Paul Belmondo connait bien pour qui il fut notamment un inoubliable « enfant gâté »,  Claude Lelouch. Vous trouverez notamment un tableau de pellicules authentiques de films du réalisateur ou des images inoubliables de ses films comme « La bonne année » avec Ventura et Fabian. Lelouch a choisi le mot clé « Action » comme point central et, bien entendu, ça et là quelques phrases comme il les affectionne comme « Je pense qu’on a toute notre vie le même âge, même si le physique nous fait de temps en temps la gueule ». Ces chambres sont aussi très imprégnées du thème de la course automobile, une autre de ses passions (comment oublier son célèbre court-métrage « C’était un rendez-vous » !).

    deauvilleparis 844.JPG

    Au 4ème étage, vous irez à la rencontre de Danièle Thompson,  avec des couleurs vives, un patchwork de photographie de ses films. Dans ces chambres, le mobilier est design et coloré. Vous y trouverez notamment des chaises provenant du décor de son dernier film et dans toutes les chambres des copies de documents personnels et même une pile de scénari contenue dans les chevets cubes en verre. A déconseiller à ceux qui sont « allergiques » à son univers, les images de ses films étant très présentes. A recommander à ses aficionados.

    deauvilleparis 847.JPG

    deauvilleparis 845.JPG

    A l’étage inférieur,  qui est mon préféré, vous trouverez des chambres dans l’univers d’Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri, à l’ambiance plus tamisée,  avec notamment des rideaux en velours rouge et or évoquant le théâtre, et des objets légendaires de leurs films comme une cravate et la moustache du chef d’oeuvre «Le Goût des autres », le foulard d’un autre chef d’oeuvre « On connaît la chanson ». Plus élégantes et discrètes, ces chambres correspondent parfaitement à l’univers Jaoui/Bacri.

    jeanpaul3.jpg

    jeanpaul7.jpg

    deauvilleparis 849.JPG

    deauvilleparis 850.JPG

    deauvilleparis 851.JPG

    En-dessous, à nouveau, changement d’univers avec Elsa Zylberstein. La présence du septième art y est encore plus discrète.   Hymnes à la féminité, ces chambres sont composées de tons doux, gris et roses, influencées par le monde de la danse  (évoqué par une barre d’entraînement) avec quand même une présence discrète du cinéma, notamment à travers les portraits de Gena Rowlands et John Cassavetes. « Il faut avoir du chaos en soi pour accoucher d’une étoile qui danse ». Je vous laisse méditer cette phrase de l’actrice qui a inspiré ces chambres, de petites bonbonnières.

    deauvilleparis 852.JPG

    deauvilleparis 853.JPG

    deauvilleparis 854.JPG

    Enfin, vous trouverez les chambres inspirées par Ennio Morricone. Vous pourrez ainsi  notamment admirer une partition originale manuscrite et profiter d’un écran diffusant un de ses concerts à écouter avec le casque mis à disposition. Des caisses de batterie en guise de tables de chevet  aux couleurs noir et blanc des touches du piano, l’univers lorgne clairement davantage vers la musique que vers le cinéma.

    jeanpaul5.jpg

    Le sous-sol est dédié aux projections (avec notamment une salle de projections « Gérard Oury » et même un programme de séances pour les clients de l’hôtel), aux séminaires et au fitness. Vous y trouverez ping pong, billard, espace détente.

    deauvilleparis 839.JPG

    Vous pourrez enfin profiter du bar avec la carte de Mei Ho qui, tous les mois, s’inspire de films pour une carte renouvelée de cocktails de créations originales. Une fois par mois, le bar s’animera autour d’un évènement.

    Une collation gratuite est proposée aux clients de l’hôtel, l’après-midi.

    Vous pourrez également profiter d’un brunch le dimanche de 11H30 à 16H avec animation pour les enfants.

    J’ai été charmée par l’aspect singulier, ludique même, de l’établissement qui se parcourt presque comme un musée avec plein d’objets sur le cinéma qui en parsèment le décor, avec parfois de jolis « dons » faits par les complices à l’établissement. Les univers très différents des chambres proposées devraient permettre de satisfaire tout le monde. Certains très marqués, donnent presque l’impression qu’elles sont habitées, mais vous pourrez choisir vous-mêmes à la réception sur un écran sur lequel défilent les différents choix de chambres. Pour ma part, je vous recommanderais celles consacrées à Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri, de chaleureux cocons tamisés qui évoquent l’atmosphère réconfortante des théâtres. Celles consacrées à Jean-Paul Belmondo sont les plus marquées, mais jouissent d’une très belle vue, très lumineuse. Les chambres sont particulièrement calmes, bien que situées en plein cœur de Paris, un excellent point. Des produits Nuxe (une nouveauté louable en hôtellerie pour moi qui en suis inconditionnelle) sont normalement offerts dans la salle de bain (seulement dans les suites consacrées à Morricone lors de ma visite, pour rupture de stock, m’a-t-on dit).

    deauvilleparis 856.JPG

    Parmi les bémols : des salles de bain trop petites, des couloirs étroits à la décoration uniforme et trop marquée à mon goût (mais qui ne sera peut-être pas le vôtre), l’absence de SPA (que ne permettait pas les lieux), une réception originale mais un peu froide, et la terrasse de la chambre Morriconne au rez-de-chaussée que seules des plantes sépare de la terrasse «de l’hôtel, de quoi limiter l’intimité. N’en demeure pas moins un établissement qui se distingue par son originalité indéniable et que je vous recommande si vous cherchez un point d’ancrage dans le quartier…et si vous voulez plonger « in the mood for cinema ».

    deauvilleparis 864.JPG

    Les tarifs des chambres vont de 280 euros (premium ) à 1000 euros (appartement). Après coup de fil à l’établissement, ce 22 novembre 2013 , et en demandant si c’était ce qu’on pouvait me proposer de mieux comme tarif, on m’a proposé une  « offre spécifique via  internet » à 260 euros avec petits-déjeuners inclus. N'oubliez pas de demander le style de chambre que vous préférez. Vous y trouverez climatisation, wifi gratuit, coffre-fort, mini bar, peignoir, sèche-cheveux, machines à expresso (dans les chambres supérieures et deluxe), room service à disposition.

     

    Hôtel 123 Sébastopol ****

    123 Boulevard Sébastopol, Paris 2ème

    0140396123

    www.astotel.com

  • Trekking en Laponie

    trekking.jpg

    Envie de découvrir toute la fraîcheur et les spectaculaires montagnes du pays des Samis ? Si vous êtes amoureux du trekking, je vous recommande fortement d'aller y faire des randonnées.

    Au-delà du cercle polaire Arctique

    Faire du trekking dans cette région, c'est se perdre dans plus de 940 000 hectares de neige, de taïga et de toundra qui, pour la plupart, se situent au-delà du cercle polaire Arctique. Préparez-vous à rencontrer des Samis. Ils sont environ 35 000, parlent le same et ont une culture authentique. Olivier Truc déclara d'ailleurs à leur égard que « les Samis sont la dernière population aborigène d'Europe. La façon dont on les traite et dont on traite leur culture et leur histoire en dit long sur notre capacité à appréhender notre histoire. » Vous verrez peut-être pour la première fois les rennes du Père Noël dont l'élevage est courant dans cette région. Enfin, le fait d'assister comme par miracle à l'apparition d'une aurore boréale constitue pour certains la seule source de motivation pour se rendre au nord de la péninsule Scandinave.

    Se préparer

    Bien sûr, il est hors de question de préparer son départ la veille au soir ! Si vous souhaitez partir prochainement, sachez que les températures avoisinent les -40 °C l'hiver. Mais il est désormais possible d'affronter le grand froid pour pas cher. Rendez-vous sur la plateforme campz pour vous en convaincre. Il en va de même pour les nuits à la belle étoile ; mieux vaut se procurer un sac de couchage de compétition. Il vous est toutefois possible d'aller visiter des villes parmi les plus septentrionales au monde telles que Narvik, Tromsø ou encore Alta, le Gulf-stream leur permettant de bénéficier d'un climat relativement clément. Avant de vous lancer dans de telles aventures, acclimatez-vous d'abord à l'hiver qui s'annonce en France et à son lot de charme.

  • Cartier Winter Tale 2013...

    Cela se passe de commentaires. Plongez dans la magie de Noël et du luxe avec Cartier... Un spot simplement sublime.

  • Week end à Rome...ou à Florence

    rome.jpg

    Non, contrairement à ce que pourrait laisser penser le titre de cet article, ceci n’est pas un article sur la célèbre chanson d’Etienne Daho dont je vais par ailleurs vous parler prochainement à l’occasion de la sortie de son nouvel album, mais une incitation à vous faire partir en voyage dans deux villes que j’aime tout particulièrement, propices autant à la détente qu’aux visites culturelles : Rome et Florence !

    florence.jpg

    Pourquoi ne pas profiter de la monotonie automnale pour partir dans l’une de ces deux villes aussi joyeuses que somptueuses ? Et si je vous fais aujourd’hui cette proposition, décente je vous rassure, c’est parce que j’ai découvert des appartements à Florence réellement sublimes, voire grandioses, comme ces images vous en donneront une idée mais également des appartements à Rome qui le sont tout autant, le tout à des tarifs réellement attractifs !

    appart.jpg

    appart2.jpg

    Vous rêvez depuis longtemps de faire un vœu à la Fontaine de Trevi ? De parcourir l’Histoire en visitant le Colisée ? De traverser le Ponte Vecchio sur l’Arno ? Alors, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

     

  • Mon avis sur le Bistrot de la Grille Saint-Germain, rue Mabillon, Paris 6ème

    grille3.jpg

    Vous êtes comme moi: vous en avez assez des établissements parisiens où vous devez vous estimer heureux, voire remercier, d'être mal reçus? Où tout le budget passe dans le décor et où il n'y a rien (ni quantitativement, ni qualitativement) dans l'assiette? Où on vous observe de la tête aux pieds lorsque vous arrivez (sans vous dire bonjour, évidemment) et où vous "case" en "vitrine" si votre physique est jugé digne de cette place de premier choix ou à côté de la porte battante des cuisines (au mieux) ou des toilettes (au pire), dans le cas contraire? Où le décor est un copié/collé de celui du voisin, avec l'indispensable lustre Starck? Avec 10 pizzas, 15 salades, 20 viandes, 30 poissons à la carte? (au moins) Où l'addition arrive alors que vous avez à peine fini de dîner? Bref, vous en avez assez de ces restaurants qui sont des lieux où voir et/où être vus mais tout sauf des restaurants? Alors, j'ai ce qu'il vous faut!

     Je connais parfaitement le 6ème arrondissement où j'ai le plaisir d'habiter et crois avoir testé quasiment tous ses établissements, du moins ceux de Saint-Germain-des-Prés. Il y a ceux où je reviens (comme Evi Evane, situé dans la rue perpendiculaire) et ceux où aller une fois ne m'a vraiment pas donné envie de revenir.

    grille1.jpg

    Le Bistrot de la Grille Saint-Germain se situe au croisement de la rue Guisarde et de la rue Mabillon, là où Paris prend des airs de ville typique de province. L'établissement n'a pas changé depuis que je vis à Paris (il y a 11 ans, donc) et est toujours tenu par un Mayennais (département dont je revendique d'être originaire). La cuisine est gourmande, traditionnelle. Pas de fioritures dans la présentation (et tant mieux) mais une cuisine comme "chez Maman" que vous dégustez en toute confiance (ce n'est vraiment pas le cas partout) dans un décor de bistrot d'antan, agrémenté de photos d'acteurs en noir et blanc, délicieusement suranné, un de ces bistrots intemporels dont Claude Sautet a si bien su retranscrire l'ambiance inénarrable. Vous y croiserez ainsi les habitués du quartier, quelques célébrités ou encore des touristes américains. Le Saint-Germain-des-Prés que j'aime... L'accueil est par ailleurs chaleureux et décontracté.

    grille9.jpg

    J'ai opté pour le "poulet fermier rôti à la normande, purée", aussi gourmand que généreux et pour la "tarte tatin, petit pot de crème fraîche", un délice également.

    Le prix est par ailleurs très raisonnable pour le quartier autant pour la nourriture que pour les vins avec, également, des plats du jour du marché, très abordables.

    grille10.jpg

    Une adresse, vous l'aurez compris, que je vous recommande vivement et surtout où je reviendrai régulièrement.

     Bistrot de la Grille Saint-Germain

    14 rue Mabillon

    75006 Paris

  • Un voyage aux Maldives pour vos vacances d'hiver

     

    fil1.jpg

    Photo ci-dessus :  l'hôtel Filitheyo Island Resort aux Maldives

     

    La nuit, impitoyable, tombe de plus en plus tôt. Vous êtes las de la monotonie automnale et vous avez envie de vous évader pour une destination ensoleillée ? Vous en avez assez de la foule et vous avez envie de partir dans un endroit tranquille au décor paradisiaque pour jouer au Robinson Crusoé (de luxe, certes) des temps modernes ? Bref, vous avez envie de changer d’air, de rêver, de donner du temps au temps et de partir pour un lieu « in the mood for luxe » ? Alors, je crois avoir ce qu’il vous faut !

    Embarquons aujourd’hui pour les Maldives, ce pays d’Asie du Sud situé dans l’Océan Indien, au Sud de l’Inde, est composé de 1199 îles dont environ 200 seulement sont habitées. Les îles sont groupées en 22 atolls… un mot qui déjà fait rêver comme les lagons qui composent les Maldives réputées pour ses sites sous-marins exceptionnels. Si je vous dis en plus que les températures ne descendent jamais sous les 24°c, j’imagine combien il vous sera difficile de résister à la tentation.

    Pour que ce voyage aux Maldives respecte la devise de ce blog « quand l’exception devient la règle », j’ai sélectionné pour vous deux établissements qui me semblent correspondre à cet exigeant credo.

     

    constance3.jpg

     

    Le premier d’entre eux et le plus luxueux des deux est un cinq étoiles : le Constance Moofushi Resort, un établissement composé de 110 villas sur terre et mer qui a su concilier grand luxe et simplicité.

     

    constance2.jpg

    constance5.jpg

     

     L’hôtel se situe dans l’atoll de Ari, réputé être un paradis pour les plongeurs. Parmi les atouts de cet établissement :

    -ses deux restaurants, les pieds dans le sable

    -son spa exceptionnel

    -sa plage de sable blanc à 360° au décor idyllique

     

    constancce4.jpg

     

    -sa piscine somptueuse qui semble se jeter dans l’océan

    -ses villas (au total 110 bungalows répartis en différentes catégories) spacieuses, luxueuses sans ostentation et respectueuses du cadre majestueux qui les accueille

     

    constance1.jpg

    constance6.jpg

     

    -l’environnement exceptionnel ; c’est une petite île de 380 mètres par 160 et dans son lagon aux eaux d’une limpidité et d’une beauté indicibles vous croiserez  raies mantas, tortues de mer, requins à pointe noire …

    -une formule All Inclusive

    -Près de 30 sites de plongée à moins de 60 minutes de l’hôtel

    Mon second choix se porte sur l'hôtel Filitheyo Island Resort. Cet hôtel est situé sur l’Atoll de Faafu dont il est l’unique hôtel d’où un cadre unique et préservé pour cet établissement 4 étoiles. La principale raison pour laquelle il faut choisir les Maldives est à mon sens la possibilité de trouver des établissements comme celui-ci loin de l’agitation du monde, dans un cadre plus qu’idyllique, presque onirique.

     

    fil2.jpg

     

    Les raisons pour lesquelles j’ai sélectionné cet établissement qui, là aussi, se décompose en villas :

    -son cadre unique et préservé donc

     

    fil6.jpg

     

    -un restaurant principal là aussi les pieds dans le sable

    -un magnifique spa

    -une piscine dans un décor de rêve

     

    fil5.jpg

     

    -un lieu qui s’insère dans un environnement somptueux également idéal pour plonger et découvrir les fonds marins exceptionnels

    J’espère avec ces quelques informations et photos vous avoir donné envie de plonger « in the mood for luxe » aux Maldives et ainsi d’embarquer immédiatement pour cette destination loin de la grisaille où le dépaysement, la beauté hypnotique des lieux, la qualité de l’environnement et la météo clémente seront garantis.

  • Mon avis sur le SHANGRI-LA HOTEL PARIS

    shang33.jpg

    Photo ci-dessus © Inthemoodforluxe.com

     

    Après y avoir dégusté des tea times à plusieurs reprises depuis l'ouverture, j'ai eu le plaisir de pouvoir visiter l'hôtel Shangri-la Paris il y a quelques jours, une visite qui a confirmé la présence du Shangri-la Paris dans le trio de tête des palaces parisiens en tête duquel je place Le Four Seasons George V et Le Bristol. Rien de mieux qu'une mélancolique et pluvieuse journée d'automne pour se réfugier dans cet havre de luxe et de tranquillité.

    shang23.jpg

    Photo ci-dessus © Inthemoodforluxe.com

    Un peu d'Histoire tout d'abord... Le Shangri-la Paris est un ancien hôtel particulier du Prince Roland Bonaparte, construit en 1896, situé dans le 16ème arrondissement de Paris. En le parcourant vous découvrirez ainsi de nombreux signes (et sigles) de cette époque et du Prince. Le lieu est inscrit aux Monuments Historiques depuis 2009 et a été entièrement rénové en 2010 (4 années de travaux ont été nécessaires) et a ouvert le 17 décembre 2010.

     

    shang56.jpg

    shang60.jpg

    shang44.jpg

    shangrila2.jpg

    shangri8.jpg

    shang24.jpg

    Photo ci-dessus © Inthemoodforluxe.com

     

    L'hôtel dispose de 101 chambres et suites (65 chambres et 36 suites) entièrement rénovées et qui offrent des vues vertigineuses et uniques sur la Tour Eiffel et les grands monuments parisiens. Je vous suggère ainsi la suite impériale (ma préférée que je vous recommande si vous avez envie de jouer aux princes-ses- ) ou, si vous ne regardez pas à la dépense, la Shangri-la qui offre une vue rare et exceptionnelle sur Paris. Petit détail qui fait (aussi) la différence: vous trouverez des produits Bulgari dans les salles de bain.

    shang25.jpg

    Photo ci-dessus © Inthemoodforluxe.com

    Le Shangri-la Paris possède trois restaurants, supervisés par le Chef doublement étoilé Philippe Labbé, et  propose à la fois une cuisine française et asiatique. Philippe Labbé a ainsi été nommé Cuisinier de L'Année 2013 par Gault &Millau et le restaurant L'Abeille a obtenu 2 étoiles au Guide Michelin 2012 tandis que le Shang Palace a obtenu 1 étoile au Guide Michelin 2012. Deux restaurants étoilés dans un même palace, une autre caractéristique d'exception et une autre bonne raison de choisir le Sgangri-la Paris.

    shang27.jpg

    Photo ci-dessus © Inthemoodforluxe.com

     

     Il possède aussi un bar, idéal pour les rendez-vous intimes. 

    shang21.jpg

    Photo ci-dessus © Inthemoodforluxe.com

     

    L'hôtel possède par ailleurs 4 salons de réception historiques qui accueillent les événements les plus prestigieux comme la remise des prix Romy Schneider et Patrick Dewaere à laquelle j'avais eu le plaisir d'assister.

    shang1.jpg

    Enfin, last but not least, l'hôtel possède une piscine de 16 mètres baignée de lumière naturelle, calme et magnifique. Un privilège rare à Paris. Au spa sont proposés des soins signés Carita.

     

    shang32.jpg

    Photo ci-dessus © Inthemoodforluxe.com

    Ce qui frappe de prime abord quand vous entrez dans l'établissement, presque dissimulé aux regards, comme une adresse secrète et jalousement gardée, c'est l'élégance: du décor, des tenues du personnel (grooms en livrées, tenues chics d'inspiration asiatique à l'intérieur...) et de l'accueil.  Rien à voir avec certains palaces impersonnels, le Shangri-la, dès le franchissement de la porte d'entrée vous donne le sentiment de pénèter dans un havre de paix, de luxe et de raffinement. Une impression qui ne vous quittera pas ensuite que vous profitiez simplement de  "La Bauhinia", le restaurant lounge qui tient son nom de la fleur qui orne le drapeau de Hong-Kong, le Bauhinia Blakeana, et qui se situe sous une magnifique verrière ornée par un lustre de Murano ou de ses salons. 

    shang20.jpg

    shang34.jpg

    Photo ci-dessus © Inthemoodforluxe.com

    P1030315.JPG

    Photo ci-dessus © Inthemoodforluxe.com

    shangrii.jpg

    Photo ci-dessus © Inthemoodforluxe.com

     Le décorateur Pierre-Yves Rochon s’est inspiré des périodes Directoire et Empire tout en s'imprégnant aussi de la culture asiatique pour créer ce décor d'une beauté chaleureuse grâce à cette alliance singulière présente dans tout l'établissement, entre styles Directoire et Empire et culture asiatique.

    shang28.jpg

    Photo ci-dessus © Inthemoodforluxe.com

    shang30.jpg

    Photo ci-dessus © Inthemoodforluxe.com

    shang31.jpg

    Photo ci-dessus © Inthemoodforluxe.com

    Cette fois j'ai testé le quatre-quarts maison que je vous recommande sans la moindre réserve. La qualité de l'accueil, le choix et la qualité des thés et pâtisseries, la somptuosité relaxante du lieu en font  un tea time à déguster sans modération dans un vrai lieu "in the mood for luxe" à découvrir absolument.

    L'établissement n'est par ailleurs pas avare de bonnes idées que je vous invite à tester. Ainsi, à l'occasion de l'exposition Braque au Grand Palais, le Shangri-La Hotel présente chaque mercredi après-midi son « ARTea Time » Ainsi, pour quatre des grandes expositions du Grand Palais - en débutant avec Georges Braque - le Chef Pâtissier du Shangri-La Hotel, Paris, François Perret, créera une pâtisserie originale, inspirée des œuvres exposées. Celle-ci, accompagnée du traditionnel « Tea Time », sera servie sous la splendide coupole de verre du restaurant La Bauhinia.  Ultime privilège : Un billet coupe-file par personne sera remis à l'issue de « L'ARTea Time » afin d'aller découvrir l'exposition.

    « L'ARTea Time » : chaque mercredi après midi du 2 octobre au 18 décembre, de 15h30 à 17h30. « L'ARTea Time » inclut le Tea Time classique, la pâtisserie Braque et un billet coupe-file par per-sonne (valable le temps de l'exposition). Sur réservation uniquement au 01 53 67 19 91. Nombre de places limitées. 49 euros par personne.

    « L'Incontournable Tea Time de François Perret » : du lundi au vendredi de 15h30 à 17h30 – samedi et dimanche de 16h00 à 17h30.

     Tea Time classique : mini pâtisseries, sélection de finger sandwichs, scones et biscuits français accompagnés d'une boisson chaude. 39 euros par personne, ou 55 euros par personne avec une coupe de champagne.

    Site internet: http://www.shangri-la.com/fr/paris/shangrila/

    Adresse: 10 Avenue d'Iéna, 75116 Paris