Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • 5 hôtels de charme incontournables à Paris

     

    Pour le charme, il en va des hôtels comme des personnes, le charme consiste ainsi alors en ce supplément d’âme indéfinissable qui ne relève pas forcément de la perfection mais qui est mieux même : une singularité. A Paris, on ne compte plus le nombre d’hôtels 4 et 5 étoiles, en particulier ces derniers mois pendant lesquels de nombreux nouveaux établissements ont vu le jour. Trouver des hôtels qui sortent des sentiers battus n’est pas forcément une tâche aisée tant l’offre est gigantesque. J’en ai ainsi sélectionné 5 pour vous qui, tous, possèdent cet atout ineffable qui les distingue et ce petit plus qui contribue à en faire des établissements différents, à ne manquer sous aucun prétexte. Pour trouver un hôtel Paris ( surtout un hôtel de charme)  est une véritable caverne d’Ali Baba. Laissez-moi vous guider…

     

    Hôtel Montaigne – Avenue Montaigne – Paris 8 -  5*

     

     

    montaigne.jpg

     

     

    Commençons par le petit nouveau, l’hôtel Montaigne. Son nom même est déjà toute une promesse. J’ai choisi l’hôtel Montaigne pour son emplacement sur l’avenue éponyme, havre de paix au cœur de Paris et de son triangle d’or, entre les boutiques de luxe qui jalonnent l’avenue mais aussi les restaurants et théâtres. Le décor de l’hôtel est chaleureux, intime, mêlant astucieusement modernité et raffinement dans cette petite structure de 27 chambres. Bien sûr, comme tout hôtel de luxe qui mérite son nom l’hôtel possède une conciergerie dont l’équipe sera à votre service 24H/24H et pour vous conseiller sur les nombreuses attractions aux alentours. Si l’hôtel ne dispose malheureusement pas de SPA, vous pourrez néanmoins bénéficier d’un service SPA en chambre et d’un large éventail de soins. L’autre atout de l’hôtel c’est son célèbre “Bar de l’Entracte” situé face au théâtre des Champs-Élysées dont les murs sont ornés de photos noir et blanc d’artistes. Vous pourrez également profiter du patio du bar de l’hôtel pour vous relaxer après une journée éreintante ( !) de visites et de shopping.

     

    Hôtel La Belle Juliette Paris – rue du Cherche Midi – Paris 6 – 4*

     

     

    juliette.jpg

     

     

     

     

    Avant d’être conviée un jour dans son salon de thé pour un rendez-vous professionnel, combien de fois étais-je passée devant cet hôtel, sans le remarquer. C’est aussi, souvent, ce qui définit le charme, ce petit plus qui n’est pas flagrant mais qui se révèle peu à peu, progressivement séduisant à en devenir irrésistible. Si j’ai choisi cet hôtel, c’est donc pour sa discrétion mais aussi pour son cadre chaleureux  et raffiné,  avec la décoration unique de Anne Gelbard, inspirée par l'histoire de Juliette Recamier (connue pour son célèbre salon littéraire et politique qui accueillit  notamment , parmi ses innombrables habitués,  René Chateaubriand, son seul véritable amour; Germaine de Stael, sa meilleure amie; André Marie Ampère; Auguste de Prusse, Lucien Bonaparte, La duchesse de Devonshire, Pierre Simon Ballanche, Talma,... ). Vous y trouverez aussi un très beau SPA mais si je l’ai choisi, c’est surtout pour son salon de thé et piano bar, le Talma,  à l’ambiance intimiste et particulièrement chaleureuse.

     

    Hôtel Regent’s Garden – rue Pierre Demours - Paris 17 – 4*

     

     

    regents.jpg

     

     

     S’il est une rareté pleine de charme à Paris, ce sont les hôtels avec jardin, et c’est la raison pour laquelle j’ai choisi celui-ci, de la chaîne Best Western. Enchâssé dans un écrin de verdure, cet ancien hôtel privé, situé à deux pas de Champs-Elysées, vous offre un espace de détente et de raffinement, qui vous fera vivre autrement votre séjour parisien. Dans cet hôtel récemment rénové, la décoration est une alliance subtile entre bois, tissus de grands créateurs et mobiliers du XVIII et XIXème siècle. Après avoir traversé le salon, poussez la porte fenêtre et découvrez un oasis de verdure en plein Paris, un jardin « japonais » de 400 m2 d'un  qui joue sur les les contrastes entre bois et galets, couleurs et parfums. A la belle saison, vous pourrez y  déguster un petit déjeuner gourmand ou un verre de vin bio. Le Regent's Garden, a été le premier hôtel de Paris à obtenir l'Ecolabel européen en 2006.

     

    Hôtel Balzac - rue Balzac – Paris 8 – 5*

     

     

     

    balzac9.jpg

     

    Je l’avoue: le nom de cet hôtel, moi qui suit une inconditionnelle de l’écrivain, m’a fortement influencée même si ce dernier n’est pour rien dans l’hôtel, puisque c’est avant tout le nom de la rue ou il se situe. Plus sérieusement, si j’ai choisi cet établissement, c’est tout d’abord parce que l'Hôtel Balzac a le privilège d'héberger le Restaurant du Chef Pierre GAGNAIRE  depuis 1996, un chef étoilé connu dans le monde entier, un atout indéniable de l’hôtel qui n’est d’ailleurs pas le seul. Celui-ci est en effet situé juste à côte des Champs-Elysées et l'Arc de Triomphe, ce qui en fait un des « boutiques hôtel » de luxe les plus beaux  et atypiques de Paris, notamment grâce à la somptuosité de ses chambres et suites  comme sa suite-penthouse avec une vue exceptionnelle sur Paris.

     

    Hôtel Madison -   Boulevard Saint-Germain – Paris 6 – 4 *

     

     

    madison.jpg

     

     

     La première chose qui m’avait marquée lorsque j’avais visité cet hôtel, c’est son silence alors qu’il se situe en plein cœur du cœur de Paris : à Saint-Germain-des-Prés. Là où bouillonne la vie culturelle. Là où se situent aussi désormais de nombreuses boutiques. Certaines chambres, décorées avec raffinement, ont vue sur l’Eglise Saint-Germain-des-Prés bien que le bruit du Boulevard Saint-Germain soit totalement étouffé vous donnant l’impression de dormir dans une vraie carte postale au décor chic, design et contemporain. Dans son beau salon vous pourrez prendre le thé. L’après-midi y flotte d'ailleurs toujours l’esprit d’Albert Camus qui vécut quelques temps à l’hôtel au printemps 1940 et y acheva la rédaction de son roman « L’Etranger ».

     

     

     

  • Mon avis sur Le Relais Thalasso Les Sables d’Olonne Mercure Côte Ouest (voyage de presse)

     

    cote9.jpg

     

    P1100506.JPG

    cote50.jpg

    En préambule, je vous dois une petite explication sur le titre de cet article. La multiplication des offres diverses pour couvrir des lieux « in the mood for luxe » n’entamera pas ma volonté de rester aussi objective que possible (ou objective dans ma subjectivité), en tout cas de ne pas me laisser influencée par les conditions dans lesquelles je visite certains établissements (j’avoue avoir été déroutée par les commentaires de certains de mes collègues de ce voyage de presse, journalistes (!), qui ont avoué qu’ils passeraient sous silence certains détails parce qu’ils avaient été invités, je pense en revanche qu’un article a tout à y gagner de ne pas se transformer en publi-reportage , bon je sais la délation, c’est mal, et sans doute suis-je bien naïve ou peut-être présomptueuse ), c’est la raison pour laquelle j’ai tenu à préciser qu’il s’agissait d’un voyage de presse, donc d’un  séjour différent de ce qu’il aurait été dans un cadre personnel, néanmoins cela ne m’a pas empêchée de promener partout mon regard aguerri et, je l’espère, aiguisé. C'est aussi la raison pour laquelle les photos seront des photos personnelles dans leur grande majorité.

     

    cote40.jpg

    Je dois avouer aussi que la chaîne Mercure était pour moi synonyme d’hôtels standardisés, et impersonnels, certes confortables, à l’exception des M.Gallery qui se caractérisent par leur charme et leur décoration soignée à l’exemple de celui de Dinard(le Royal Emeraude)  où j’ai eu le plaisir de séjourner à plusieurs reprises à l’occasion du Festival du Film Britannique.  Je dois avouer aussi (que d’aveux décidément) que la Vendée n’est pas forcément mon département de prédilection. Au diable les préjugés !

     

    Après 3H30 de TGV (il faudra compter 4H30 de Paris en voiture), après un rapide trajet depuis la gare en navette de l’hôtel, à peine le seuil de l’entrée franchi, c’était une évidence : il me fallait oublier que cet hôtel était franchisé Mercure tant il se démarquait de ses petits camarades par sa personnalité et son charme. Rénové en 2013 (et bien rénové, les parkings devant l’hôtel face à la mer -une aberration- et les salles de congrès également auparavant face à la mer ayant laissé place à une piscine extérieure et un restaurant panoramique), cet hôtel est par ailleurs  le premiers franchisé du  groupe familial la Maison Phelippeau (qui possède des établissements à La Baule, Bénodet et l’Ile de Ré).

     

    cote2.jpg

     

     L’emplacement tout d’abord est déjà une invitation à la détente puisque l’hôtel jouit du privilège de se situer dans une pinède de 3,5 hectares, au bord du lac, face à l’Océan, dans un havre de paix et de verdure, une quiétude seulement troublée par le doux  (plus ou moins) murmure de l’Océan d’ailleurs inaudible de l’hôtel tant il est bien insonorisé. L’hôtel se trouve à deux kilomètres environ du centre des Sables d'Olonne auquel vous accéderez aisément par le front de mer, à pieds, en vélo (que vous pourrez louer à l’hôtel) ou avec la navette de l’hôtel.

     

    mercure.jpg

    P1100508.JPG

    De l’hôtel suranné qu’il était auparavant, Jean-Paul Dubreuil, fondateur du Groupe Dubreuil et son épouse en ont fait un paquebot des années 30 et une invitation au voyage, « un rêve de croisière » comme ne cessera de nous le répéter Mme Dubreuil dont l’hôtel est d’ailleurs fortement imprégné de sa forte, enthousiaste et joyeuse personnalité, et de son amour pour l’établissement et les Sables d’Olonne dont elle est originaire. Pendant ces deux jours, elle n'aura pas ménagé ses efforts et son énergie et aura vraiment partagé sa passion communicative pour ce lieu et son charme lui doit indéniablement beaucoup, du peintre Rob Stribley pour les (belles) toiles duquel elle a eu un coup de cœur (présentes partout dans l’établissement) aux antiquités qui ornent le hall et le lobby et notamment des objets provenant d’anciens bateaux de croisière mais aussi de vieux livres qui donnent vraiment au lieu une âme et une singularité.

     

    «  Laissez-vous guider par le phare,

     

    Déposez vos malles

     

    Et larguez les amarres ».

     

    Tel est le slogan que cette dernière a inventé pour l’établissement proposant aux voyageurs un périple tout confort et une belle évasion.

     

    Ce qu’on remarque d’abord en arrivant, c’est en effet le phare à l’extérieur puis le desk reproduisant de vieilles malles puis le bar lounge construit comme la proue d’un bateau et, plus loin, l’océan sur lequel ouvrent de grandes baies vitrées qui procurent à la fois luminosité, chaleur et espace. L’exposition plein ouest et son ouverture sur la mer procurent vraiment l’impression d’un paquebot  à quai nous invitant au voyage. Le restaurant auquel nous accédons ensuite évoque d’ailleurs un vieux hangar à bateaux restauré.

     

    P1100563.JPG

    P1100559.JPG

    P1100514.JPG

     

     

    La décoration est là aussi moderne et chaleureuse et ouverte sur l’océan et un océan de lumière. Les repas qui nous ont été proposés avaient pour vocation de nous faire goûter aux fruits de la mer et de mettre  en avant la qualité des produits de la mer. « Le tartare de thon rouge au sésame, granny au citron », « le pavé de bar juste planché, minute de coquillage à la citronnelle » et « le sablé ganache chocolat à l’ananas confit » qui nous ont été proposés lors du premier déjeuner étaient réellement délicieux. En tant que cliente, sans doute aurais-je trouvé que le sablé ganache aurait gagné à être un peu plus copieux mais les trois plats constituaient un ensemble harmonieux. Le dîner prévoyait une « découverte du buffet de fruits de mer » et un « financier à la pistache, écrasée de framboise à la lime ». Je vous recommande le dessert. Je ne saurais vous recommander le plateau de fruits de mer puisque ne mangeant pas de fruits de mer (« nobody’s perfect »), j’ai demandé un autre plat. Le seul bémol concerne sans doute le changement de plat dont on m’a fait comprendre que j’aurais dû le signaler plus tôt (un client lambda ne dira sans doute pas lors de sa réservation qu’il souhaite changer de plat, et là est sans doute la limite du voyage de presse) qui a donc été remplacé par un autre plat que je ne mangeais pas non plus et a donc dû être changé à nouveau par du bar que j’avoue avoir trouvé un peu trop chargé…en arêtes et en sauce. Peut-être aurait-il été plus judicieux de me demander directement ce que je désirais mais l’objectivité veut que je dise aussi que le lendemain mon plat de substitution (au lieu du 1/2 homard servi aux autres convives, je vais sans doute en faire crier certains pour avoir délaissé ce plat) était réellement réussi, une pintade avec du gratin dauphinois et des petits légumes. Le coup de cœur gastronomique du séjour aura été l’entrée du second déjeuner « les patagos à la crème d’ail ». Pour ceux qui l’ignoreraient, les patagos sont des coquillages. Un plat réellement raffiné et exquis.  Le restaurant donne la priorité aux fruits de mer avec des poissons en direct de la criée des Sables d’Olonne avec des crustacés cuits vivants dans l’eau de mer. Un véritable atout. Je vous le recommande pour la vue,  la décoration soignée et chaleureuse (avec même de petites alcôves pour les petits groupes ou familles), l’accueil souriant, la qualité des mets proposés.

     

    P1100557.JPG

    P1100556.JPG

    ml.jpg

    bar2.jpg

    Le petit déjeuner propose de bonnes viennoiseries, des saucisses, des œufs brouillés…, néanmoins rien d’exceptionnel. Un petit déjeuner classique.

     

    P1100567.JPG

    P1100568.JPG

    P1100494.JPG

    P1100492.JPG

    P1100499.JPG

     

    Les chambres qui nous ont été attribuées étaient des chambres « standard » vue mer (l’hôtel possède  94 chambres et des chambres privilège qui présentent une faible différence de prix avec les chambres standard), bien décorées (avec les fameux tableaux de Rob Stribley), agréables avec leur ouverture sur l’océan et leur balcon. La salle de bain est agrémentée du traditionnel peignoir et des chaussons et des produits Mercure (il serait peut-être bien de pousser la différenciation en mettant des produits de marque), une belle douche à l’Italienne. Les salles de bain sont en revanche exiguës, avec un seul lavabo, y compris dans les 3 suites que compte l’établissement. C’est un des défauts qui, peut-être, nous rappelle que l’hôtel est un Mercure et les limites de la personnalisation. 53 chambres se situent face à la mer et 44 face à la pinède. Je pense que votre séjour sera très différent selon que vous choisirez les unes ou les autres. J’ai par ailleurs constaté que certaines chambres en rez-de-chaussée, côté pinède, juste à côté de la réception, avaient une vue beaucoup moins agréable. Elles sont néanmoins très abordables à certaines saisons. Comptez 150 euros actuellement en moyenne sur le site Mercure pour les chambres standard vue pinède et 175 euros pour chambres standard vue mer et 195 pour les chambres privilège (station iphone/ipad, machine Nespresso et petites attentions supplémentaires, les chambres privilège sont néanmoins identiques aux chambres standard) avec accès gratuit à l’espace hydromarin quel que soit le type de chambre que vous choisirez.

     

    mercure2.jpg

    piscine.jpg

    Un puits, à 250 mètres du bord de la plage, permet le pompage de l’eau de mer en fonction de l’heure des marées et permet d’alimenter le Centre de Thalasso de 1490 m2 dont un parcours hydromarin. La piscine d’eau de mer chauffée face à la mer est très agréable et vous propose un vrai moment de bien être, « de poésie » comme vous dirait Mme Dubreuil. Il manque des fauteuils autour de la piscine pour se relaxer, néanmoins l’espace autour de celle-ci ne le permet pas forcément et par ailleurs de nombreux fauteuils sont à disposition à l’extérieur et une salle de repos est également mise à disposition de la clientèle. La piscine est ouverte à la clientèle extérieure et surveillée à l’exception du soir, de 20H à 22H, heure jusqu’à laquelle celle-ci reste ouverte uniquement pour la clientèle de l’hôtel. Parmi les soins proposés, vous trouverez des bains chromothérapie aux huiles essentielles, des enveloppements d’algues, des modelages californiens etc. Vous pourrez choisir entre les cures suivantes : remise en forme, forme essentielle, cap minceur, dos et harmonie du corps, coaching vitalité, vip plénitude.

    P1100561.JPG

     

     Le prix pour la clientèle extérieure  permet d’éviter l’afflux comme au resort Lucien Barrière de Ribeauvillé, par exemple (je vous avais raconté, ici) : 28 euros l’entrée à l’espace hydromarin pour la demi journée, 10 euros le cours d’aquagym avec également la possibilité d’un abonnement mensuel à 180 euros.

     

    P1100571.JPG

     Comptez également 362 euros par personne, par exemple, pour un court séjour découverte de 2 jours et 4 soins, un accès à l’espace forme et hydromarin et 2 nuits à l’hôtel  Mercure Côte Ouest ( chambre double vue pinède, dîner en ½ pension).

     

    P1100555.JPG

     L’autre grand atout, avec la piscine intérieure, la décoration des parties communes et la vue, c’est la piscine extérieure à fond de sable avec ses cabines de bain, un espace vraiment agréable et original  qui n'a évidemment rien à voir avec la célèbre piscine à fond de sable de l’hôtel Monte-Carlo Bay à Monaco dont je vous ai déjà parlé ici mais il faut aussi comparer ce qui peut l’être et c’est ici un réel plus de l’hôtel.

     

    L’hôtel possède également 3 salons modulables pour les entreprises aux évocateurs noms de Queen Mary, France et Normandie. Là aussi, Mme Dubreuil a laissé son empreinte avec une bibliothèque dans laquelle chaque entreprise laisse une trace de son passage, écrivant ainsi l’histoire de l’établissement.

     

    N’oubliez pas aussi de passer à la charmante boutique de l’hôtel où vous pourrez notamment trouver la marque « Ministry of decoration », des vêtements ou objets de décoration sur lesquels se trouvent des reproductions de cartes postales de votre lieu de vacances (www.ministryofdecoration.com ).

     

    cote20.jpg

     

    Le séjour a été agrémenté d’une très agréable visite des Sables d’Olonne menée par une guide que je vous recommande restée très pro malgré la visite au pas de charge, (Priscilla qui possède même son site : http://www.lesbaladesdepriscilla.com/) en raison du temps limité qui nous aura néanmoins donné un bel aperçu des Sables et un bol d’air vivifiant. Malgré les constructions disgracieuses de la côte, la station des Sables possède un charme certain avec, d’un côté, la Chaume, le « vieux » quartier avec le fort Saint Nicolas, la Tour Arundel, le Prieuré. Pour rejoindre la ville nouvelle, vous pourrez emprunter le bateau, « le passeur », et en une minute vous vous retrouverez de l’autre côté où vous pourrez découvrir l'église Notre Dame de Bon Port, le Halles Centrales, le Remblai, de belles villas épargnées par les (dé)constructions... Je vous recommande également le marché couvert...et la plus petite rue au monde, la bien nommée "rue de l'enfer". En traversant vous vous trouverez à la confluence des 3 ports : de plaisance, pêche, commerce. De part et d’autre, vous trouverez de nombreux restaurants. Les Sables d’Olonne est une station célèbre aussi pour le Vendée Globe (au passage, sachez que le film « En solitaire » avec François Cluzet qui sortira prochainement et sera notamment présenté en ouverture du prochain Festival International des Jeunes Réalisateurs de Saint-Jean-de-Luz où je serai et dont je vous parlerai alors, a été tourné aux Sables d'Olonne), la station propose également une belle plage de sable fin.

     

    P1100522.JPG

    cote11.jpg

    cote12.jpg

    P1100532.JPG

    cote14.jpg

    P1100550.JPG

    P1100549.JPG

    P1100546.JPG

    L’hôtel Relais Thalasso Côte Ouest des Sables d’Olonne se revendique d’être un hôtel confort plus que luxe, ce qu’il est indéniablement avec ce supplément d’âme que lui apporte Mme Dubreuil, et  ses idées guidées par la passion. Une décoration soignée dans les parties communes, deux belles piscines,  un très bon accueil (pour nous, bien évidemment mais j’ai aussi laissé trainé mon oreille lors de l’accueil des autres clients pour lesquels l’accueil était tout aussi aimable), une agréable Thalasso, un cadre propice au bien être avec une belle vue sur l’océan, une cuisine de qualité, malgré quelques défauts (comme la petitesse des salles de bain), un établissement que je vous recommande pour un week end détente et bien être, et pour larguer les amarres tout en restant à quai ou bien pour un après-midi, un verre ou un déjeuner dans son atmosphère cosy et chaleureuse. Bref, n'attendez plus et embarquez sans hésiter pour le Relais Thalasso Côte Ouest des Sables d'Olonne.

     

    Hôtel Relais Thalasso Les Sables d’Olonne Thalasso et spa

     

    Lac de Tanchet- Route du Tour de France – 85109 Les Sables D’Olonne

     

    0251217777

    http://lessables.relaisthalasso.com/

     

    http://www.mercure.com/fr/hotel-1078-mercure-les-sables-d-olonne/index.shtml

    Retrouvez également notre avis prochainement sur http://inthemoodforhotelsdeluxe.com et découvrez quel classement et quelles notes ont été attribués à l’établissement, et donnez également votre avis.

     

  • Découvrez le Sofitel Marseille Vieux port

    Aujourd'hui, nous vous recommandons le Sofitel Marseille Vieux Port. Cliquez sur la photo ci-dessous pour découvrir notre avis. Donnez le vôtre, devenez membres du site.

    vieux.jpg

  • Une journée idéale à Deauville

     

    bilan1280.jpg

    Photo ci-dessus, copyright Sandra Mézière

     

    Pourquoi Deauville est MA ville idéale:

    Quand le site Knok.com m’a demandé quelle serait la ville parfaite sur laquelle j’aurais envie d’écrire une « journée parfaite », je n’ai pas eu à réfléchir bien longtemps. Après avoir assisté au Festival du Cinéma Américain de Deauville vingt années consécutives, de l’ouverture à la clôture, chaque année, quoiqu’il arrive, après une dizaine de festivals du Film Asiatique de Deauville, après avoir fait partie de divers jurys dans ces deux festivals, , après y avoir vécu tant de moments magiques et mémorables, après avoir eu le plaisir que, en Mai dernier, de voir publié mon roman se déroulant intégralement à Deauville « Les Orgueilleux » -Editions Numeriklivres- (et prochainement mon recueil de nouvelles « Ombres parallèles » dont deux se déroulent à Deauville) sans parler du souvenir d’un Noël inoubliable, choisir Deauville relevait de l’évidence car je crois pouvoir dire bien connaître cette charmante petite ville normande et ainsi parler en connaissance de cause (tous ces séjours mis but-à-bout, j’ai dû y passer pas loin d’une année entière). Je n’exagère pas non plus en disant que ma rencontre avec Deauville a été un vrai coup de foudre qui a changé le cours de mon existence…

    compte10.jpg

     Photo ci-dessus, copyright Sandra Mézière

    Parler d’une journée idéale à Deauville est déjà un pléonasme. Il me semble n’y avoir vécu que des journées idéales. Deauville est une ville à la fois calme et (très) animée (je suis chaque jour impressionnée par les multiples activités qui y sont proposées tout au long de l’année sans parler d’évènements nationaux ou internationaux comme le G8 en 2011 ou la Solitaire du Figaro que Deauville accueillera en 2014 ), idéale autant pour se distraire que pour se reposer. Bien que la connaissant par cœur le charme opère. A chaque fois.

    deauville2011dernier 141.JPG

    2009_0315deauvilleasiacloture0003.JPG

     

    rt.jpg

    Photos ci-dessus, copyright Sandra Mézière

     

    Je ne connais pas d’endroits, ou si peu, dont la beauté soit aussi agréablement versatile, dont les couleurs et la luminosité lui procurent une telle hétérogénéité de visages. Oui, Deauville a mille visages. Loin de l’image de 21ème arrondissement de Paris à laquelle on tendrait à la réduire (qu’elle est aussi, certes), ce qui m’y enchante et ensorcelle se situe ailleurs : dans ce sentiment exaltant que procurent sa mélancolie étrangement éclatante et sa nostalgie paradoxalement joyeuse. Mélange finalement harmonieux de discrétion et de tonitruance. Tant de couleurs, de visages, de sentiments que j’éprouve la sensation de la redécouvrir à chaque fois. Bien sûr, je la préfère très tôt le matin, mystérieuse, presque déserte, qui émerge peu à peu des brumes et de l’obscurité nocturnes, dans une âpre luminosité qui se fait de plus en plus évidente, incontestable et enfin éblouissante. Ou le soir, quand le soleil décline et la teinte de couleurs rougeoyantes, d’un ciel incendiaire d’une beauté insaisissable et improbable et que je m’y laisse aller à des rêveries et des espoirs insensés.

    deauville2011dernier 015.JPG

    Photo ci-dessus, copyright Sandra Mézière

     

     A l’image des êtres les plus intéressants, Deauville ne se découvre pas forcément au premier regard mais se mérite et se dévoile récompensant le promeneur de sa beauté incendiaire et ravageuse aux heures les plus solitaires, avec des couleurs aux frontières de l'abstraction, tantôt oniriques, tantôt presque inquiétantes.

    Deauvilleclôture 002.JPG

     Photo ci-dessus, copyright Sandra Mézière

     

                                                 Une journée idéale en 12 étapes:

     C'est parti pour une journée idéale à Deauville, en 12 étapes, et même un peu plus. Je vous garantis que, dans cette ville particulièrement dynamique, il est impossible de s'ennuyer...ou, à l'inverse, agréable de s'y ennuyer (par choix). Laissez-vous guider!

    1/Promenade matinale sur les planches

    compte7.jpg

    Photo ci-dessus, copyright Sandra Mézière

     Une journée deauvillaise idéale commence toujours pour moi par une promenade sur les planches, de préférence de bonne heure pour voir le soleil s’y lever, pour admirer la myriade de couleurs que prend alors la mer et dont sont alors auréolées les planches, pour admirer le caractère joliment versatile du paysage. Ces planches, je les ai arpentées des milliers de fois, et il me semble que la vue qui s’y donne à voir n’est jamais la même. L’émotion qu’elles me procurent est en revanche toujours au rendez-vous. Un sentiment de bien-être, une paradoxale mélancolie joyeuse. L’endroit idéal pour forger des rêves impossibles qui, peut-être disparaitront confrontés aux lueurs plus criardes de la réalité, mais naitront à nouveau le lendemain lors d’une nouvelle promenade sur ces mêmes planches à la lumière incroyablement changeante. Et puis il y a les cabines qui jalonnent les planches, ornées des noms des acteurs qui ont fréquenté les festivals de Deauville et qui me rappellent aussi tant de souvenirs. Parfois des chevaux galopent sur la plage. Et tout cela semble sorti tout droit d’un doux songe. Quand il ne me semble pas apercevoir la Mustang de Jean-Louis Trintignant immortalisée par Lelouch dans le sublime « Un homme et une femme » ou cette femme avec son chien qui lui a donné l’idée de ce chef d’œuvre qui a reçu tant de récompenses amplement méritées …Douce confusion entre cinéma et réalité.

    festd20.jpg

    lelouch.jpg

    Photos ci-dessus, copyright Sandra Mézière  

     

    2/ Petit-déjeuner au bar du soleil ou chez Dupont

    infos13.jpg

     Photo ci-dessus, copyright Sandra Mézière

     

    Ensuite, pour continuer à profiter du spectacle et pour obéir à des exigences plus prosaïques, je vais   prendre mon petit-déjeuner au Bar du soleil ou chez son jumeau le Bar de la mer, aussi pour continuer à observer ce spectacle de la nature auquel s’ajoutera bientôt celui des déambulations des vacanciers et Deauvillais les plus matinaux. Et j’y rêve que le temps suspende son vol…

    dupont.jpg

    Photo ci-dessus extraite du site officiel du Salon de thé Dupont

    Parfois je peux aussi choisir de prendre le petit-déjeuner chez Dupont « avec un thé » l’incontournable salon de thé du centre de Deauville, avec son intérieur chic et doucement suranné, et sa terrasse face à la statue du Duc de Morny.

    bilan123.jpg

     Photo ci-dessus, copyright Sandra Mézière

    3/ Quelques brasses dans la piscine olympique ou un match de tennis

    Cela se complique ensuite tant les activités possibles sont nombreuses. Je passe, un peu trop rapidement, sur le marché, toujours très achalandé, vivant et coloré, direction la piscine de la Thalasso, piscine olympique (50 mètres) s’il vous plait ! Piscine d’eau de mer chauffée à 28°C qui plus est. Entièrement rénovée en 2006, cette piscine est un havre de paix qui me permet de faire de longues brasses sans être dérangée tout en profitant de la belle lumière normande qui perce à travers les baies vitrées. Des cours d’aquagym y sont également proposés. Je peux aussi me laisser tenter un tennis sur un des nombreux courts de Deauville.

    4/ Une virée shopping dans le centre

    compte162.jpg

    Deauvilleclôture 006.JPG

     Photo ci-dessus, copyright Sandra Mézière

    Ce n’est pas pour rien que Deauville est surnommé le 21ème arrondissement de Paris. Dans quelques mètres carrés, vous retrouverez toutes les marques les plus prestigieuses présentes avenue Montaigne ou à Saint-Germain-des-Prés. Même si vos moyens ne vous permettent pas d’y faire des achats, vous ne pourrez pas ne pas admirer les splendides vitrines de Chez Ralph Lauren ou de chez Hermès ou des autres boutiques de l’impeccable et resplendissante rue du Casino, aussi impeccable que les allers d’un célèbre parc d’attraction auquel l’aspect irréel et réconfortant de Deauville me fait souvent songer. Un petit tour au Printemps (qui n’a rien d’un grand magasin impersonnel mais qui s’apparente plutôt à une grande et belle boutique en style normand)  ou dans la magnifique boutique Gant sont également des rituels incontournables. Un peu plus loin,  place Morny, vous trouverez aussi des marques plus économiques comme « Petit Bateau ». Vous y trouverez aussi de belles boutiques de décoration avec des articles à tous les prix.

    5/ Le déjeuner : un choix cornélien

     

    flambee.jpg

                            Photo ci-dessus, du restaurant La Flambée

     

    Les choses se compliquent encore avec le déjeuner tant les choix sont multiples et cornéliens ! Un séjour deauvillais ne serait pas pour moi un séjour digne de ce nom sans un passage au restaurant « La Flambée », pour de délicieuses grillades dans un cadre agréable et une salle spacieuse récemment rénovée. L’accueil, pour ne rien gâcher, est particulièrement affable.

    Si vous avez envie d’un repas plus économique, il y a également l’incontournable pizzeria Barbara de l’étage de laquelle vous surplomberez le centre de Deauville.

     deauville2011dernier 093.JPGinfos19.jpg

     Photo ci-dessus, copyright Sandra Mézière

    Bien entendu, je ne peux pas ne pas vous conseiller l’incontournable brasserie Miocque, pour ses délicieuses entrecôtes, ses tagliatelles au saumon, son impayable et pittoresque patron et son ambiance qui est un savoureux mélange entre un dessin de Kiraz, un film d’Audiard et un film de Claude Sautet (oui, étrange mélange, j’en conviens). Les murs sont ornés des photos du patron avec tous ses célèbres habitués, mais ne soyez pas impressionnés ou découragés par cette décoration ostentatoire…ni par les inscriptions « réservé » sur toutes les tables. La clientèle y est choisie avec parcimonie, alors pour éviter d’être refoulé (c’st TOUJOURS complet le week end), si vous ne faites pas partie des habitués, je vous conseille de réserver mais chut, je ne vous ai rien dit… La nourriture est réellement bonne et fraîche, et je n’ai jamais été déçue.

    drakkar.jpg

    Photo ci-dessus, extraite du site officiel du restaurant Le Drakkar

    Juste à côté de chez Miocque, vous trouverez une autre brasserie, « Le Drakkar », fort recommandable également avec une très belle carte de plats traditionnels, moins chers que Chez Miocque.

    Je peux aussi choisir de retourner déjeuner sur les planches, au Bar du soleil ou au Bar de la mer (néanmoins bondés les jours de grand beau temps, en week end ou pendant les vacances ou festivals) ou au Ciro’s pour un repas plus gastronomique.

     Si c’est le week end, pour me faire plaisir je peux aussi profiter du célèbre Brunch de l’hôtel Normandy qui vaut réellement le détour pour son buffet pantagruélique. La mythologie du lieu vous enveloppera d’un chaleureux bien être. Je vous conseille de réserver longtemps à l’avance.

    6/Flânerie à la librairie « Jusqu’aux lueurs de l’aube »

     

     

    librairie.jpg

     

    Vient ensuite l’heure de nourritures plus intellectuelles avec un autre rituel : le petit tour à la librairie du 88 rue Eugène Colas, ouverte 7 jours sur 7 ! Vous y trouverez aussi bien les derniers romans que de nombreux livres de poche ou une multitude de magazines (sur lesquelles vous constaterez d’ailleurs que Deauville est souvent à l’honneur). Il n’est pas rare que je passe beaucoup de temps à y flâner.  Je craque en général pour un nouveau roman, un livre de poche et ne manque jamais d’y acheter Ouest-France et le Pays d’Auge pour me tenir informée des actualités locales.

    7/Déambulations et/ou farniente sur la plage

    deauville12011 018.JPG

    deauvilleplanchesontact 1910.JPG

     Photo ci-dessus, copyright Sandra Mézière

    Comme « quand on aime on ne compte pas », rien n’empêche une nouvelle promenade en bord de mer à laquelle je ne résiste d’ailleurs pas en général, cette fois sur la plage, très large, propre et agréable en  la terminant par un peu de farniente à l’abri des célèbres cabines et parasols multicolores, par jours de beau temps.

    compte41.jpg

     Photo ci-dessus, copyright Sandra Mézière

    8/Promenade aux "frontières" de Deauville

    deauvilleplanchesontact 1890.JPG

    deauvilleasia131 013.JPG

     Photo ci-dessus, copyright Sandra Mézière

    L’après-midi s’achève en général par une nouvelle promenade cette fois jusqu’aux « frontières » de Deauville séparée de Trouville par la Touques de l’autre côté de laquelle je m’aventure parfois avec délice.

    9/ Une glace chez un des glaciers du centre ou un tea time dans les salons du Normandy

    C’est ensuite l’heure de se rafraichir ou de se retrouver dans une atmosphère chaleureuse et intemporelle, selon les saisons. En été, je choisirais plutôt d’aller chez Häagen-Dazs, dont l’étage surplombe la rue Eugène Colas et dont le choix de glaces satisfera les grands et les petits. Plus loin, vous trouverez également Amorino et l’incontournable Martine Lambert.

     Je pourrais aussi choisir la place Morny (équivalent deauvillais de la place Saint-Germain et de la place Victor Hugo à Paris...) pour le charmant salon de thé « Dupont » précité et pour le célèbre café de Paris ou le Morny’s Café.

    morny3.jpg

    Photo ci-dessus extraite de la page Facebook officielle du Morny's café

     En hiver, je choisirais plutôt le tea time de l’hôtel Normandy, a fortiori lorsque le pianiste y officie et vous transporte dans un ailleurs délicieux. Je vous recommande l’"afternoon tea" (deux pâtisseries et une boisson, dehors sur la terrasse ou dans les salons). Un régal dans un cadre enchanteur et hors du temps.

    deauvilleplanchesontact 1798.JPG

    Photo ci-dessus, copyright Sandra Mézière (tea time du Normandy)

     

    10/ Profiter des multiples festivals, activités et évènements

    deauville20123.jpg

     

    compte23.jpg

     Photo ci-dessus, copyright Sandra Mézière

     

     

    cid4.jpg

    Ci-dessus, photo du CID issue du site officiel de l'office de tourisme de Deauville

     

    Tout dépend de la date du séjour, mais rares sont les périodes auxquelles il n’y aura pas d’évènements à Deauville.  Si j’y suis en période de festivals, ce programme sera modifié et entièrement rythmé par les séances et conférences de presse. Deauville bénéficie ainsi d’une salle somptueuse (et moi qui ai parcouru beaucoup de festivals je peux vous garantir n’en avoir jamais vu de semblable) ; le CID ( Centre International de Deauville). Bien sûr, vous connaissez tous les deux évènements majeurs deauvillais que sont le Festival du Cinéma Américain de Deauville et son Festival du Film Asiatique.

    golf3.jpg

    Ci-dessus le Golf de Deauville, photo issue de son site officiel

     

     

    deauv9.jpg

    Ci-dessus, photo de l'hippodrome de Deauville issue du site Wikipedia

     

     Il en existe pourtant beaucoup d’autres que je vous recommande tout autant : Planche(s) contact, un très bel évènement consacré à la photographie, le festival Livres et Musiques, le Festival de Pâques, les Deauville Green Awards  et bien sûr les ventes de Yearlings et courses hippiques sans oublier le célèbre golf (et le moins célèbre mini-golf dans le centre de Deauville). De nombreux spectacles sont aussi donnés au casino. De quoi agrémenter vos journées et soirées.

    deauvilleplanchesontact 1796.JPG

    deauvilleplanchesontact 1816.JPG

     Photo ci-dessus, copyright Sandra Mézière

    11/ Jouer au casino

    casino.jpg

    Photo ci-dessus, copyright Sandra Mézière

     

    Puisque du casino il est question, viendra justement l’heure d’y faire un petit tour et de profiter de ses jeux de tables, machines à sous, poker, spectacles, discothèques, bars, restaurants ou de sa terrasse qui offre une vue majestueuse sur la mer.

    11/ Dîner dans un restaurant étoilé

    infos1.jpg

    infos3.jpg

     Photo ci-dessus, copyright Sandra Mézière

    Pour le dîner, s’il vous reste encore quelques euros après votre passage au casino, je vous propose « L’Etrier », le délicieux restaurant étoilé de l’hôtel Royal, la meilleure adresse gastronomique de Deauville. Si votre budget est plus limité, vous pourrez aussi opter pour "Le Brummel", restaurant  du Casino avec une très agréable cuisine et aussi une agréable terrasse en été (cuisine de qualité, bon rapport qualité prix)

    12/ Fin de soirée en musique...

    Côté bars, je vous recommande "le Brok café", pour son atmosphère intimiste, sa musique salsa et bien sûr les bars des hôtels Royal et  Normandy ainsi que le très agréable bar du casino,  nouvelle adresse à la mode, le  Sofa bar, avec une vue plongeante sur Deauville depuis la terrasse (DJs le week end).

    sofa2.jpg

    Photo du Sofa Bar

     

    Pour les discothèques, ce sera bien sûr l'indétrônable "Regine's" devenu "Brummel" (sous le casino).

    Et/ou...par le coucher de soleil sur les planches

    deauville, cinéma, film, festival, Asie

    deauvilleplanchesontact 1850.JPGdeaud.jpg

     Photo ci-dessus, copyright Sandra Mézière

    Pour ma part, j’aurais plutôt tendance à opter pour le coucher de soleil sur les planches qui vous offrira une toute autre musique, silencieuse mais au moins aussi envoûtante…

     

                                  -----------------------------------------------------------------------------

    Je ne vous surprendrai pas si je vous dis que je songe de plus en plus sérieusement à y vivre à temps plein pour « 365 journées idéales », a fortiori avec ce projet qui transformera prochainement Deauville. La presqu’île de la Touques est en effet LE  projet phare de Deauville qui consiste en la réhabilitation totale d’un quartier ancien mais stratégique situé entre les ports de Deauville et Trouville. Vous y trouverez logements, commerces, entreprises, et structures d’accueil d’événementiels. S’y trouvera également le Pôle des Futurs, dédié à un pôle d’enseignement supérieur. Preuve que Deauville ne s’endort pas sur ses lauriers et ne cesse d’innover et de se renouveler pour que chaque journée là-bas continue, et plus que jamais, à être une journée idéale.

    Cet article a été écrit à la demande et pour le guide « 100 villes dans lesquelles réaliser un échange de maison avant de mourir » avec Knok.com. Je vous encourage à découvrir ce guide dans lequel j’ai moi-même découvert de belles destinations : http://www.knok.com/100-cities.

    ferrera 040.JPG

    deauville7.jpg

     deauvilleplanchesontact 1902.JPG

    Photos ci-dessus, copyright Sandra Mézière

    Pour plus de renseignements, rendez-vous sur le site de la ville de Deauville: http://www.deauville.fr  . Retrouvez également Deauville sur Facebook et sur twitter.

    J'en profite pour vous rappeler que, comme chaque année, je vous ferai vivre et suivre le Festival du Cinéma Américain de Deauville en direct ici et sur http://inthemoodforfilmfestivals.com .